Home Santé Un autre scandale autour d’un médicament de Big Pharma contre l’hyper tension...

Un autre scandale autour d’un médicament de Big Pharma contre l’hyper tension !

315
0
SHARE

medic_hyper_arte_arterielle_sol

Un nouveau scandale éclate autour de Big Pharma et pour être précis il touche la firme« Novartis ». Même en l’absence de victime, il met en évidence les relations parfois ambiguës qui existent entre les géants du secteur et les scientifiques.

L’affaire tourne autour du « Valsartan », une molécules utilisée dans le traitement contre l’hypertension artérielle.

Grâce aux résultats d’une étude japonaise publiée en 2009 par le « European Heart Journal », cette molécule a eu un succès commercial énorme en 2010.

L’étude démontre que le valsartan, en plus de son effet antihypertenseur, est capable de minimiser significativement les risques d’angines de poitrine et d’AVC.

En 2011, des blogueurs signalent plusieurs anomalies dans différents articles d’Hiroaki Matsubara (auteur de l’étude de 2009 et qui se trouve derrière le succès de la molécule).

Les revues ayant publié les travaux du cardiologue nippon s’intéressent alors de plus près au contenu du fameux papier et début 2013, deux de ses études traitant des effets du valsartan sont retirées par le « Circulation Journal ».Quelques jours plus tard, c’est l’étude du « European Heart Journal » qui est retirée. Ce qui signifie concrètement que les résultats sont considérés comme nuls et non avenus.

Le degré d’implication de Hiroaki Matsubara n’est pas encore déterminé avec certitude et reste bien évidemment à établir.  L’enquête a révélé que des données sur les participants avaient été falsifiées pour faire apparaître les fameux «bénéfices» concernant les angines de poitrine et les AVC.

La commission d’enquête a refait les calculs et si l’on ne tient pas compte des dossiers falsifiés, ces bénéfices disparaissent (ce qui ne remet en revanche absolument pas en cause l’efficacité du médicament comme antihypertenseur).

A ce jour, les enquêteurs n’arrivent pas à déterminer qui a falsifié les données.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here