Quel type de chauffage choisir ? Comment ça Fonctionne ?

92
0
PARTAGER

Selon l’utilisation, la qualité d’isolation de la maison, le type de chaleur souhaitée, le choix pourra se porter sur une solution tout électrique, ou gaz, le fioul, la géothermie ou le bois.

Le gaz est une énergie plébiscitée par les Français en raison principalement de son coût.

Selon le Ministère de l’Industrie, le prix moyen TTC pour 100 Kwh est de 4,23 euros pour le gaz naturel, 5,35 euros pour le fioul et 11,06 euros pour l’électricité.

L’autre atout du gaz est sa simplicité d’utilisation. Le gaz naturel est capable d’alimenter des installations de chauffage central à eau chaude divers (chaudières murales ou au sol, de toutes puissances, associées à une production d’eau chaude sanitaire). La chaleur dispensée est douce et homogène. Le coût des chaudières à gaz est de l’ordre de 800 à 2.000 euros selon le modèle choisi. Le gaz nécessite un raccordement à un réseau existant (gaz naturel de ville).

Les types de chauffage

Régulation et gestion du chauffage

La régulation et la gestion du chauffage sont des éléments indispensables à un fonctionnement optimum de votre installation de chauffage. C’est pourquoi :

Assurez-vous que votre installation de chauffage est bien dotée d’un système performant de régulation et de programmation ;

Modernisez votre installation existante : 

Une régulation et une programmation vous permettront de faire d’importantes économies pour un meilleur confort.

Piloter le chauffage:
Sous leur contrôle, celui-ci fournit la bonne température quand il faut et où il faut, de façon constante et sans à-coup ;

permettent d’assurer le confort adapté à votre mode de vie au meilleur coût et sans gaspillage. Leur utilisation peut réduire de 10 à 25 % la consommation d’énergie ;

contribuent ainsi à limiter les émissions polluantes et les rejets de gaz à effet de serre ;

Chauffage fioul

Le fioul est une énergie en perte de vitesse notamment du fait des récentes augmentations. Plus cher à l’utilisation que le gaz, il reste toutefois dans une fourchette de coût d’utilisation raisonnable comparé à l’électricité. Le fioul est capable d’alimenter des installations de chauffage central à eau chaude divers (chaudières au sol, de toutes puissances, associées à une production d’eau chaude sanitaire). La chaleur dispensée est douce et homogène. Le coût d’une chaudière au fioul oscille entre 1.300 à 2.500 euros selon les modèles auquel il faut rajouter le prix de la cuve.

Chauffage électrique

Le chauffage électrique est le plus cher à l’utilisation mais cela est à relativiser puisque de plus en plus les radiateurs peu chers (convecteurs) mais très gourmands sont remplacés par des solutions plus économiques (radiateurs radiants, plafonds rayonnants, planchers chauffants…). Selon le choix technique réalisé au départ, la chaleur peut être assez comparable avec celle dispensée par un chauffage central. Seuls les convecteurs ont la fâcheuse tendance à assécher l’air et charrier les poussières.

Radiateur électrique à accumulation

Différentes technologies permettent de restituer progressivement la chaleur par rayonnement à l’air ambiant par toute la carrosserie. Le radiateur électrique constitue un point de chaleur douce et permanente sans toutefois la stocker comme les radiateurs à accumulation.

Le radiateur à accumulation emmagasine, dans un bloc accumulateur constitué de briques réfractaires à haute densité ou d’un fluide caloporteur, la chaleur produite par le courant électrique pendant les heures creuses EDF. La chaleur emmagasinée est restituée par rayonnement dans la journée, aux heures de tarif électrique plus élevé, suivant les besoins.
On distingue les radiateurs à accumulation statique compensée, sans dispositif de ventilation, et les radiateurs à accumulation dynamique, qui comportent une circulation d’air pulsé : un ventilateur situé dans le bas de l’appareil et contrôlé par un thermostat d’ambiance accélère la diffusion de l’air. Cette fonction permet ainsi de régler avec précision la température des pièces.
La gestion est assurée par un organe de régulation jour-nuit. En cas de grand froid, l’allumage des résistances pour un chauffage diurne est automatique.

Chauffage électrique au sol plancher chauffant nouvelle source de confort

Le chauffage par le sol offre le confort d´une chaleur douce et uniforme et d´un sol agréablement chaud sans zone froide et sans circulation d´air. La température de surface du sol ne dépasse pas 28°C.

Un plancher chauffant direct basse température offre les mêmes avantages que son concurrent à eau chaude.
Il se distingue cependant par un coût d’installation plus faible, une mise en œuvre et une utilisation beaucoup plus simples.

L’installation d’un chauffage par le sol s’applique sur des maisons en construction ou lors de grosse rénovation.

Chauffage énergie renouvelable

Depuis quelques années et l’envolée des prix des énergies fossiles (gaz, fioul), de plus en plus de maisons individuelles ont fait le choix d’un chauffage à énergie renouvelable. Ces énergies sont principalement le bois et la géothermie. Le bois peut être utilisé en bûche dans une cheminée ou un poele mais aussi en granulats pour plus de commodité. Le bois a un prix de revient deux fois moins cher que le fioul. La géothermie qui repose sur l’installation d’une pompe à chaleur reliée à un réseau souterrain de captage est elle aussi très économique puisque l’on compte en moyenne pour 1 kw heure dépensé en électricité la restitution de 3 à 4 kw heure.

Principe de fonctionnement du chauffage solaire

En premier lieu rappelons que lorsque l’on parle de chauffage solaire, on sous-entend solaire thermique, à ne pas confondre avec le solaire photovoltaïque réservé à la production d’énergie électrique.

L’énergie solaire thermique est récupérée par des capteurs solaires installés le plus souvent sur le toit. Ils peuvent assurer la fonction de couverture – inclinés à 45°, et de préférence plein sud.
Un capteur se présente sous forme de coffre rigide et vitré au sein duquel une plaque et des tubes métalliques noirs (absorbeur) reçoivent le rayonnement solaire pour chauffer un fluide caloporteur.

Chauffe-eau solaire individuel (CESI)

Dans le cas d’un CESI (Chauffe-eau solaire individuel), le fluide caloporteur transmet sa chaleur à l’eau sanitaire en passant dans un échangeur thermique en forme de spirale. Lorsque fluide a diffusé sa chaleur, il repart vers les capteurs où il sera de nouveau réchauffé. L’eau chaude sanitaire est stockée dans le ballon échangeur auquel on peut connecter un dispositif complémentaire (résistance électrique ou deuxième échangeur thermique relié à une chaudière gaz, fioul ou bois) permettant d’atténuer à les manques de soleil.
Vice versa on peut installer un CESI en complément d’une installation de chauffage déjà existante !

Système solaire combiné (SSC)

Le système solaire combiné, associe chauffage de l’eau sanitaire et chauffage de l’habitat. En plus de réchauffer l’eau sanitaire, le fluide caloporteur transmet la chaleur au réseau d’eau du chauffage également stockée dans un ballon échangeur et toujours par le biais d’un échangeur thermique. Ensuite l’eau de chauffage passe dans les radiateurs pour réchauffer l’air ambiant.

Il convient de conserver une chaudière classique pour prendre le relais en cas de besoin.

En France, seul un millier de systèmes solaires combinés sont installés ce sont essentiellement des plancher chauffant qui fonctionnent selon le principe ci-dessus, à la seule différence que le fluide caloporteur passe directement dans un réseau de tubes intégrés au plancher. C’est donc la dalle qui sert de zone de stockage d’eau chaude. Le plancher chauffant fonctionne en basse température ce qui dispense d’installer un ballon de stockage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here